L’été se passant somme toute effrayamment vite, je me suis aperçu que je n’avais pas vraiment vu grand-chose de ce pas plat pays qui n’est pas le mien. Je me suis donc bougé un peu le cul et je suis parti à l’aventure. But : aller plus loin, jusqu'à ce qu’il n’y ait plus de plus loin…

Voila mon trajet.

Google Earth m’informe que j’ai fait à peu près 2000 Km et des brouettes. Pfiou !


Je pars donc avec seulement un short et un petit sac à dos bourré de tshirts et calbutes. Je sais pas encore trop quand je reviendrais. Une seule certitude, je pars vers l’ouest, et mon premier arrêt sera Kyoto.

Kyoto

En effet, A Kyoto, je devais rencontrer Bal et Solkee, qui étaient de passage au Japon. Journée bien sympa avec deux petites visites de temples (on ne PEUT pas passer à Kyoto sans visiter un temple, de toutes façons…)


La gare de Kyoto, assez impressionnante

Temple 1 : le Sanjuusangendou (ou 三十三間堂, pour ceux que ça intéresse et qui ont les fonts japonaises installées). Bref un grand bâtiment en bois long de 125 mètres contenant 1001 statues du Bouddha Kanon plaquées or. C’est impressionnant à voir, mais malheureusement pour vos petits yeux les photos à l’intérieur sont interdites.

Temple 2 : je-me-souviens-plus-du-nom (v_v). Encore un temple de plus, mais avec un jardin vraiment agréable pleins de grues et de tortues




Donc le soir après le dîner et un petit verre, on se souhaite un bon départ vers nos destinations respectives. J’ai décidé là ou j’irais après.

Amanohashidate

(天橋立, "le pont du ciel")

Amanohashidate est une petite ville sur la côte nord du Japon (c'est-à-dire sur la Mer du Japon). Le coin est surtout (et uniquement, d’ailleurs) connu pour être un des "3 meilleurs points de vue du japon". En effet, c’est une baie qui est coupée par une immense barrière de sable longue de 3 kilomètres et couverte de milliers de pins. J’avais lu que c’était moins bien qu’il n’y paraissait. Mais c’était pas loin de Kyoto (3 heures de train) et j’avais envie de me baigner, et Amanohashidate est le parfait endroit pour ça (beaucoup de Kyotoïtes y vont pour la journée pour se baigner).


Sur le trajet, dans une petite gare quelconque, j’ai vu cette affiche surréaliste ! C’est vrai qu’on répète jamais assez au jeunes de respecter les règles, quand même ! En plus avec les poupées ça fait encore plus "nous contrôlons vos esprits"... Je me suis cru à Gattaca, pendant un moment

Et finalement, je suis bien content d’y être allé. Ah oui il faut préciser que pour voir toute la beauté du site, il faut aller à un certain point de vue surélevé et à partir de là regarder la barrière de sable … à l’envers entre ses jambes… il parait que comme ça on à l’impression de voir la barrière "flotter dans le ciel" … ouais il faudrait leur dire que c’est juste le fait d’avoir trop de sang dans la tête qui fait délirer…


La mer


La mer, de près


La mer, de dedans


Photo prise à l’envers entre mes jambes … oké j’ai juste retourné l’appareil mais il faut pas le dire. Ca fait pareil, non ? Alors, elle flotte dans le ciel oui ou non ?

Le soir venu je cherche un resto mais le coin est tellement paumé que j’en trouve qu’un. En cherchant je suis tombé sur un jeune couple qui cherchait aussi. Finalement on a mangé ensemble et ils m’ont payé le dîner … uh uh uh


Et une photo de grue sur fond de ciel rose, s'pas beau, ça ?

Hiroshima

(広島, "l’île large") et Miyajima (宮島, "l’ile de l’autel")

Etape suivante : Hiroshima. Ville tristement célèbre. J’y vais bien sur pour voir les monuments et musées en rapport avec la bombe, mais aussi et surtout pour voir Miyajima. Une presqu’île voisine, qui possède une des vues les plues connues du Japon. De plus, un de mes amis français de Nagoya voulait voir hiroshima. On s’est donc donné rendez vous la bas.

Depuis Amanohashidate c’est 9 heures de train qui m’attendent. Mon train part à 6h30 du matin, mais j’ai 1 heure de marche depuis mon hôtel avant d’arriver à la gare. Ah, ça réveille, cette petite marche matinale (beeeeeuargh). En plus je dois changer 6 fois de train dans la journée, donc pas de dodo dans le train… Bref encore une journée ou je vais être frais, tiens.

Il faut quand même que je vous parle du train, vu que j’y ai passé une bonne partie de mon voyage. Je voyageais grâce à un ticket spécial qui permet en une journée de prendre autant de trains qu’on veut, pour pas cher. "Seule" restriction, avec ce ticket on n’a le droit de ne prendre que les trains locaux. Comment décrire les trains locaux… imaginez le réseau de RER parisien… ben c’est un peu la même chose mais ça couvre tout le japon. Voila donc comment on se retrouve à faire 9 heures de train en changeant 6 fois…
Mais bon, en bon dessinateur, je me suis trimballé mon carnet à croquis pendant tout le voyage. Donc vous aurez deviné quelle fut ma principale activité dans le train : d… dormir, bien sur ! .. quoi ? Enfin, dormir, essayer, quand j’avais pas à changer de train toutes les 30 minutes quoi … mais bon j’ai quand même rempli pleins de pages de croquis. Je vous les montrerais bien si j’avais un scanner v_v (mon prochain achat !)

Mais revenons donc à nos boucs japonais (?? ! l’intéressé comprendra)… non, en fait revenons plutôt à nos daims. Et oui, l’île de Miyajima est densément peuplée de daims en liberté et qui sont très peu farouches ! C’est rigolo les daims mais bon on se rend vite compte qu’ils sont un peu bas du bonnet. Et surtout à l’instar de nos chèvres nationales, les daims ont la fâcheuse habitude de tout bouffer. (et il y a des tanukis, aussi !)


C’est très con, un daim, en fait

Mais je ne vous ai toujours pas dit ce qui nous amenait sur cette île ! Miyajima contient un autre des trois meilleurs points de vue du Japon. Le très fameux Tori (les grosses portes de temple) dans l’eau du temple d’Itsukushima. Mais malheureusement, c’est la marée basse et le tori dans l’eau n’est pas dans l’eau … et la nuit va arriver avant la marée ! fuc… !


La plus grande raquette de Ping Pong est sur Miyajima ! (non, je c'est pas ce que c'est en fait)




Le fameux tori dans l’eau, mais sans l’eau


La marée monte, mais on peut encore attendre des plombes avant qu’elle soit haute

Bref on décide donc de repartir sur Hiroshima pour la nuit et de revenir demain pour voir cette saleté de porte dans la flotte, bordel ça se passera pas comme ça ! Arrivé à Hiroshima, on déguste dans une petite gargote un spécialité du coin : le menyaki. Un okonomiyaki, mais avec des nouilles à l’intérieur ! miam miam.

Reste maintenant le léger problème de l’hébergement. On déambule avec Nicolas dans les rues bien animées de Hiroshima, sans trop de but. Quelques bières plus tard, on décide d’aller voir le château d’Hiroshima (oui oui, à 11h du soir …) et ce fut une très bonne idée, comme vous allez le voir. Pour trouver le château, on demande notre chemin à un gars qui passait par là. Il nous indique le chemin. Cinq minutes plus tard, on retombe sur le même gars qui nous dit qu’il va nous accompagner. Finalement on arrive au château, et notre guide, voyant nos bibines, nous dit "attendez, j’ai fait un barbecue aujourd’hui, il me reste une bière que je boirai pas, je vous la file". Bien sur, on refuse et on lui dit de la boire pour trinquer avec nous. Voila comment on s’est retrouvé à boire dans l’enceinte du château d’Hiroshima avec un Japonais qu’on connaissait pas. Et une heure plus tard, le japonais nous dit "hé, venez dormir chez moi" … et hop, une nuit gratos !


Notre gentil logeur ! encore merci

Le lendemain, lever à 6h (eh oui, notre hote doit partir au boulot)… ouf, 4 heures de sommeil après avoir bu, c’est un peu violent, mais bon. Après avoir vu les monuments du jardin de la paix et le musée de la bombe à Hiroshima, on repart aussi sec sur Miyajima. Ah ! C’est la marée haute, nos calculs étaient bons ! On peut enfin voir ce tori -et le temple livré en bundle- dans l’eau, et c’est joli ! Plus tard, comme il fait très chaud, on décide d’aller à la plage qui se trouve un de autre coté de l’île. Petite pause déjeuner pour une autre spécialité : le kaki-ramen, c'est-à-dire, un ramen aux huîtres (cuites, hein, les huîtres !)


Le dôme de la bombe atomique. La bombe a explosé exactement à la verticale de ce bâtiment.




Le tori dans l’eau avec l’eau !! ouéé

Bref on part pour la plage … comme d’hab, c’est beaucoup plus loin que ce qu’on avait prévu, et la chaleur nous tue. Une heure et demie plus tard, on arrive à la plage et au camping de la plage … le camping semble désespérément vide. Devant l’accueil, on voit qu’on peut louer un emplacement et une tente pour pas cher. On demande, mais ils nous disent que sans réservation, c’est pas possible… hein ? Mais il est vide ton camping ! On leur dit alors qu’on n’a pas besoin de tente, on veut juste pouvoir dormir quelque part. Le gars du camping nous dit alors vaguement que sans tente, on peut dormir où on veut.. ah bon ? cool alors, une deuxième nuit gratos se dessine devant nous.


Notre lieu de résidence pour la nuit, et ses indigènes

On s’installe sur la plage et on se prépare pour aller se baigner. De temps en temps, on voit des gens sortir de l’eau en criant et en courant vers leurs affaires qui sont en train de se faire bouffer par un daim quelconque… on a donc la bonne idée de mettre nos affaires en hauteur pour éviter les mauvaises surprises.


Aaah, la baignade …hein, quoi ?

Le soir venu, comme il est impossible de trouver de la bouffe à cet endroit, que retourner à l’embarcadère ou chasser un daim semblent trop fatigants on se passe de dîner. Quand la nuit arrive, plein de japonais débarquent d’on-sait-pas-trop -ù pour faire des feux d’artifices sur la plage. On s’incruste un peu avec eux pour discuter.

Le lendemain matin, on veut prendre le ferry de 7h, car Nicolas doit rentrer à Nagoya avant 6h du soir et il faut 8h et quelque entre Hiroshima et Nagoya en train local. Donc lever à 5h30 et marche matinale d’une plombe (argh ça commence à devenir une habitude !!) pour rejoindre l’embarcadère. A la gare d’Hiroshima on se sépare, lui rentre, moi je pars un peu plus loin vers l’ouest, direction Kyushu

Fukuoka

(福岡, "la colline de la chance/prospérité")

Premiers pas sur Kyushu (l’île la plus au sud ouest des quatre grands îles du Japon). Fukuoka est la plus grande ville de l’île. La ville est surtout connue pour sa vie nocturne, et ses habitants sont réputés être les plus accueillants du Japon. Malheureusement, la fatigue des non-nuits précédentes et le gros orage qui éclate au dessus de ma tête me disent que ma vie nocturne va se résumer à beaucoup de sommeil.

Avant que le jour se finisse j’ai le temps d’aller visiter le temple contenant le plus grand bouddha en bois du japon (13 mètres et des bananes).


C’est lui !

De plus ce tout petit temple m’a permis de faire une expérience … inattendue… en effet. Le bouddha était posé sur une sorte d’estrade d’à peu près deux mètres de haut, et un panneau invitait le visiteur à rentrer sous l’estrade… intrigué, j‘y vais et je tombe dans une sorte de galerie étroite et remplie de tableaux…originaux. Ce sont des tableau dépeignant des démons en train de se battre ou de torturer des humains. C’est vraiment horrible (il y a même un tableau avec de la scatophagie... eeeeeek), de plus l’éclairage est rouge et très faible, et des haut-parleurs émettent des sortes de chants religieux traditionnels… bref l’ambiance était on ne peut plus bizarre, mais je n’étais pas au bout de mes surprises. A la fin de la galerie, je pensais sortir symétriquement de là ou j’étais entré mais non, le couloir tourne brusque à 180 degrés, puis se transforme en espèce de serpentin tournant dans tous les sens. De plus, il n’y a plus de lumière, et les murs en moquette noire font que la lumière de l’extérieur ne se reflétait pas. Donc après avoir tourné deux fois, c’est le noir complet… je ne voyais pas mes mains en les mettant à 5 centimètre de ma figure… et pour rajouter à la désorientation, on entendait encore les chants religieux zarbis ! Bref c’était presque flippant !

Sinon je suis aussi allé voir "Canal City" un centre commercial à l’architecture vraiment, erm, tordue.



Le soir, dodo dans un capsule hotel. C’était ma première expérience d’un capsule hotel, et j’ai trouvé ça plutôt cool ! La capsule elle-même n’a rien d’extraordinaire, mais bon comme on y est que pour dormir, c’est vraiment pas gênant (à moins d’être claustro, j’imagine…). Et ce qui est bien avec ces hôtels, c’est que comme les "chambres" ne leur coûtent pas grand-chose, pour le même prix qu’un hôtel pourri, le capsule hotel offre des services presque luxueux. Celui ou j’était avait un grand complexe de bains (avec 7 bains différents), de sauna et tout au 11eme étage. Et sur la terrasse, il y avait un bain en plein air avec vue sur la ville, la classe, non ?

Spécialité du coin dégustée : le tonkotsu ramen, ramen dont le bouillon est fait à partir d’os de porc bouilli. A essayer absolument, c’est un délice.

Nagasaki

(長崎, le long cap)

A Nagasaki, je rejoins un autre copain de Nagoya qui voulait voir la ville. Encore une fois, on va visiter tous les monuments en rapport avec la bombe. Le "jardin de la paix" s’aère être rempli de statues toutes plus zarbies les unes que les autres. On visite aussi un petit temple avec une grande statue de Shakyamuni et une reconstitution de l’île ou les Hollandais vivaient à l’époque où Nagasaki était le seul endroit du japon ou les rapports avec l’extérieur étaient tolérés.



C’est le pilier qui marque l’hypocentre de l’explosion de la bombe


Hé les gars, regardez là-haut, j’crois qu’il y a un truc qui tombe !


Comme il y avait des européens, ben forcément ils ont construit des églises !

Le soir, on est allé chercher un resto dans le quartier ou il y à de la vie nocturne… bref vous savez tous que dans ce genre de quartier au japon, les clubs tous plus louches les uns que les autres sont légion. Ben là c’était vraiment grave. Le quartier était petit mais la densité était incroyable ! En plus contrairement à d’habitude, il n’y a pas de grandes rues parallèles mais plein de petites rues qui tournent dans tous les sens… bref on s’est bien paumés !!

Kumamoto

(熊本, "le livre de l’ours"… oula, chuis pas sur de celui-ci)


En descendant du ferry qui m’a fait passer d’une péninsule à l’autre, je tombe dans un coin, plutôt … pas très occupé ! C’est rare dans ce pays

Je ne fais qu’une brève escale à Kumamoto, juste le temps de voir son célèbre château, qui est effectivement fort joli.




Kagoshima

(鹿児島, l’île du bébé cerf, que c’est mignon …)

Kagoshima est connue sous le pseudonyme de "Naples Japonaise", non pas parce qu’on s’y fait facilement, erm, emprunter son portefeuille, mais parce qu’elle aussi est surplombée par un grand volcan en activité fréquente : le Sakurajima. Malheureusement le temps couvert m’empêche de voir si le volcan était en train de fumer ou pas !


On le voit bien, hein ?



Hop, en cadeau un petit jardin que le daimyo (seigneur) du coin affectionnait.

Aussi il est à noter que Kagoshima est une province qui a joué un grand rôle dans l’histoire du japon, si ça vous intéresse.

Beppu

(別府, celui-là je sais pas du tout !)

Ma dernière escale. A Beppu, j’ai fait la tournée des enfers. Eh oui, la ville est surtout connue pour ses sources d’eau chaude très nombreuses, et très chaudes. Certaines de ces sources sont à plus de 90°, et sont appelées ?? (jigoku), qui signifie les enfers. Il y a 7 enfers dans la ville, et une innombrable quantité d’onsen.


Ah ben oui, ça rigole pas !


Kinryu jigoku (l’enfer du dragon d’or)


Shiraike jigoku (l’enfer de l’étang blanc)


Umi Jigoku (l’enfer de la mer) avec son eau bleue !


Chi no Ike Jigoku (l’enfer de l’étang de sang), avec son eau rouge !

De plus, à Beppu, j’ai pu visiter le très débile musée du sexe, euh non pardon, de l’érotisme (et voilà hop ! grâce à ces deux mots je viens de doubler le nombre de gens qui tomberont sur cette page !), Plein de sculptures plus bizarres les unes que les autres, des tasses en céramique qui ne sont pas sans rappeler la Grèce antique (et qui nous font découvrir que la censure n’a pas toujours existé au Japon …), des UFO catcher (vous savez les trucs de fêtes foraines avec une pince) pour attraper des vibromasseurs ou des boites de capotes et autres étrangetés. Bref je me suis bien marré


Je ne résiste pas à vous faire partager cette magnifique sculpture ! (Si jamais cette photo vous offense et vous voulez que je l’enlève, dites-le moi, ça me fera bien marrer !)

L’après midi, je décide d’aller visiter un des rotenburos gratuits que conseillait le guide. C’est un rotenburo construit en plein milieu de nulle part par des habitants du coin, on peut y rentrer gratos, mais il faut vraiment savoir ou il est ! Le guide dit pour rigoler "..et là, plongez dans les buisson sur votre droite".. Ben c’est pas loin d’être vrai ! En plus pour y aller il faut marcher au moins 30 minutes dans la montagne à partir de l’arrêt de bus. J’ai bien cru me perdre dans la montagne pour toujours. Mais bon j’ai finalement trouvé et je me suis rapidement baigné, comme il commençait à pleuvoir de toutes façons …


Beppu, une ville fumeuse …

Et un fois le soir venu, j’ai pris le train direction retour, bien sur impossible de rentrer en un jour sans payer une fortune en shinkansen, je dois faire une escale quelque part : ce sera Hiroshima. En arrivant à la gare je vois juste à coté un manga café où on peut passer la nuit. Parfait, une nuit pas chère ! Comme à Tokyo quelques semaines plus tôt, je lis des mangas jusqu’à 2 heures du mat. Et là exactement au moment ou j’essaye de dormir, mon voisin commence à ronfler comme un dingue ! aaah impossible de dormir ! 1 heure et quelque de vaine lutte plus tard, je jette l’éponge, sors de ma box, vais me chercher un café et plus de mangas, et me prépare à lire jusqu'à mon train à 6 heures du mat…

Le même jour, aux alentours de 15h, me voila de retour à Nagoya, pas très frais, mais content ! C’est la fin !

Donc pour résumer, partir au hasard au Japon c’est rigolo :

Allez hop !

En route pour l’aventuuuure on y resiste pas, lalalalaaaaaaa